Indications d’utilisation

Chez les vaches :
- induction de l'ovulation chez les femelles à ovulation nulle ou retardée.
- traitement de l'anœstrus post-partum.
- traitement du syndrome kystique folliculaire.
- induction et synchronisation de l'œstrus et de l'ovulation en association avec la prostaglandine F (PGF) - ou analogue - avec ou sans progestagène, dans le cadre d'un protocole d'insémination artificielle programmée.

Chez les juments :
- induction de l'ovulation.
- traitement du syndrome kystique folliculaire.

Chez les cochettes nullipares cyclées :
- induction de l'ovulation après synchronisation de l'œstrus, dans le cadre de l'utilisation d'une insémination artificielle unique à un moment prédéterminé.

Chez les lapines :
- induction de l'ovulation.

Administration

Voie d'administration :

Voies intramusculaire (à privilégier), intraveineuse ou sous-cutanée.

Posologie :

- Chez les vaches
. Induction de l'ovulation chez les femelles à ovulation nulle ou retardée :
10 µg de buséréline par animal, de préférence par voie intramusculaire, soit 2,5 ml de solution par animal le jour de l'insémination, ou bien entre le 13e et le 15e jour du cycle.
. Traitement de l'anœstrus post-partum :
20 µg de buséréline par animal, de préférence par voie intramusculaire, soit 5 ml de solution par animal.
. Traitement du syndrome kystique folliculaire :
20 µg de buséréline par animal, de préférence par voie intramusculaire, soit 5 ml de solution par animal.

Le choix du protocole à utiliser doit être effectué par le vétérinaire responsable du traitement, basé sur des objectifs de traitement du troupeau ou des vaches.
Les protocoles suivants ont été évalués et peuvent être utilisés :

. Induction et synchronisation de l'œstrus et de l'ovulation en association avec la prostaglandine F (PGF) - ou analogue- chez les vaches cyclées :
Jour 0 : injecter 10 µg de buséréline, soit 2,5 ml de solution par animal.
Jour 7 : injecter la PGF ou analogue (dose lutéolytique).
Jour 9 : injecter 10 µg de buséréline, soit 2,5 ml par animal.
Insémination artificielle 16 à 20 heures après la seconde injection du produit ou au moment de l'œstrus s'il est observé plus tôt.

Alternativement :
Jour 0 : injecter 10 µg de buséréline, soit 2,5 ml par animal.
Jour 7 : injecter la PGF ou analogue (dose lutéolytique).
Insémination artificielle sur observation de l'œstrus.

. Induction et synchronisation de l'œstrus et de l'ovulation en association avec la prostaglandine F (PGF) - ou analogue - et un dispositif intravaginal progestagène chez les vaches cyclées et non cyclées :
Jour 0 : injecter 10 µg de buséréline, soit 2,5 ml par animal, et poser le dispositif de diffusion de progestagène à libération prolongée.
Jour 7 : retirer le dispositif progestagène et injecter la PGF ou analogue (dose lutéolytique).
Jour 9 : injecter 10 µg de buséréline, soit 2,5 ml par animal.
Insémination artificielle 16 à 20 heures après.


- Chez les juments
. Induction de l'ovulation :
40 µg de buséréline par animal de préférence par voie intramusculaire, soit 10 ml de solution au moment de l'insémination.
. Traitement du syndrome kystique folliculaire :
40 µg de buséréline par animal, de préférence par voie intramusculaire, soit 10 ml de solution.


- Chez les cochettes nullipares cyclées
Induction de l'ovulation après synchronisation de l'œstrus, dans le cadre de l'utilisation d'une insémination artificielle unique à un moment prédéterminé :
10 µg de buséréline par animal, par voie intramusculaire, soit 2,5 ml de solution.
L'administration de buséréline doit être faite 115-120 heures après la fin du traitement de synchronisation par un analogue de la progestérone (altrénogest). Une seule insémination artificielle est ensuite réalisée 30-33 heures après l'administration de RECEPTAL®.


- Chez les lapines
Induction de l'ovulation :
0,8 µg de buséréline par animal, par voie intramusculaire, soit 0,2 ml de solution au moment ou juste avant la saillie ou l'insémination.

Les voies intraveineuse et sous-cutanée peuvent également être utilisées en une administration unique.

Ne pas percer le bouchon plus de 10 fois.

Composition qualitative et quantitative Principes actifs et excipients à effets notoires :

Un ml contient :
Substance(s) active(s) :
Buséréline (sous forme d'acétate) ..... 0,004 mg

Excipient(s) :
Alcool benzylique (E1519) ..... 20,000 mg

Principes actifs / Molécule :

Alcool benzylique, Buséréline

Forme pharmaceutique :

Solution

Inscription au tableau des substances vénéneuses (Liste I / II). Classement du médicament en matière de délivrance :

Liste I.
À ne délivrer que sur ordonnance devant être conservée pendant au moins 5 ans.
Respecter les doses prescrites.

Temps d'attente :

Viandes et abats : zéro jour.

Lait : zéro jour.

 

Propriétés

Propriétés pharmacodynamiques :

La buséréline est un nonapeptide analogue synthétique de la gonadoréline (GnRH), qui comporte 10 acides aminés. Sa forte activité (comparée à la GnRH naturelle) est due à sa grande affinité pour les récepteurs pituitaires LHRH et à sa lente dégradation (due à la substitution de son 6e acide aminé).
La buséréline stimule la synthèse et la libération des gonadotrophines sécrétées par l'hypophyse antérieure : les hormones lutéinique (LH) et folliculo-stimulante (FSH).
Le rôle de ces hormones LH et FSH étant déterminant dans la maturation du follicule préovulatoire, la buséréline induit l'ovulation. Les follicules kystiques régressent après administration de buséréline, permettant l'apparition d'une nouvelle vague folliculaire.
Il est à noter que l'administration d'une dose plus élevée que la dose recommandée ne génère pas des concentrations de LH et de FSH supérieures.

Propriétés pharmacocinétiques :

Après administration par voie intramusculaire, la buséréline est rapidement absorbée.
Chez les bovins, le pic de concentration plasmatique est obtenu 1 heure plus tard (environ 20 ng/ml).
Six heures après l'injection, les concentrations plasmatiques de buséréline sont indétectables. Les pics de concentrations en FSH sont détectés 1-3 heures après l'injection de buséréline.
Chez les porcins mâles castrés, après l'injection de buséréline à la dose de 10 µg/animal, le pic plasmatique de LH (environ 9 ng/ml) survient après 1,5 heure en moyenne. 
La buséréline s'accumule principalement au niveau hépatique, rénal et hypophysaire (organe cible). Elle est alors métabolisée par action enzymatique avec la production de composés sans activité pharmacologique. Ces composés sont rapidement excrétés dans les urines.
La buséréline est inactive après administration par voie orale.

Mise en garde à l'utilisation

Contre-indications

Aucune.

Mises en gardes particulières à chaque espèce cible

Aucune.

 

Effets indésirables (fréquence et gravité)

Aucun.

Précautions particulières d'emploi

Précautions particulières d’emploi chez les animaux

Aucune.

Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament vétérinaire aux animaux

En raison des effets potentiels sur la fonction reproductrice, les femmes en âge de procréer doivent manipuler le produit avec précaution. Les femmes enceintes ne doivent pas administrer le produit.                                 Eviter tout contact avec la peau et les yeux. En cas de contact accidentel avec les yeux, rincer à grande eau. En cas de contact avec la peau, laver immédiatement la zone exposée à l'eau et au savon, car les analogues du GnRH peuvent être absorbés par la peau.                                             Lors de l'administration du médicament, s'assurer que les animaux font l'objet d'une bonne contention et que l'aiguille est protégée jusqu'au moment de l'injection, afin d'éviter toute injection accidentelle. En cas d'auto-injection accidentelle, consulter un médecin et lui montrer la notice ou l'étiquette.

Autres précautions

Aucune.

Utilisation en cas de gravidité et de lactation ou de ponte

L'innocuité du produit lors de l'administration en cours de gestation n'a pas été démontrée.
Le médicament peut être utilisé pendant la lactation.

Surdosage (symptômes, conduite d’urgences, antidotes)

En cas d'administration répétée d'une dose correspondant à 3,5 ml de produit, une baisse de la consommation alimentaire peut être observée chez la cochette après la deuxième injection.
Cet effet est transitoire et ne nécessite pas de traitement particulier.

Précautions pharmacologiques

Interactions médicamenteuses et autres formes d’interactions

Non connues.

Incompatibilités

Les résidus d'alcool et de désinfectants peuvent affecter l'activité de la buséréline.

Conservation

Durée de conservation

18 mois.
Après première ouverture : 28 jours.

Précautions particulières de conservation selon pertinence

À conserver à une température ne dépassant pas 25°C.
À conserver dans l'emballage d'origine.
Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Précautions particulières à prendre lors de l’élimination de médicaments non utilisés ou de déchets dérivés de l’utilisation de ces médicaments

Les conditionnements vides et tout reliquat de produit doivent être éliminés suivant les pratiques en vigueur régies par la réglementation sur les déchets.

Titulaire de l’autorisation de mise sur le marché / exploitant

Titulaire de l’AMM :

INTERVET
Rue Olivier de Serres
BP 17144
49071 BEAUCOUZE cedex

Exploitant :

MSD Santé Animale
Rue Olivier de Serres
B.P. 17144
49071 BEAUCOUZE CEDEX
Tél : 02.41.22.83.83
Fax : 02.41.22.83.00

TOUS LES PRODUITS SITE INTERNET

Numéro d’autorisation de mise sur le marché et date de première autorisation

FR/V/7159007 1/1982 - 17/11/1982

Présentations

Boîte de 10 flacons de 2,5 ml
GTIN : 08713184054579
Boîte de 5 flacons de 10 ml
GTIN : 08713184046147
Boîte de 1 flacon de 50 ml
GTIN : 08713184130259

Classification ATC Vet

QH01CA90